Nu-soul et sensua­li­té exacer­bée. Derrière le nom énig­ma­tique de ce groupe encore confi­den­tiel venu du Pays Basque et drivé par le bassiste compo­si­teur Kevin Bucquet, se cache sans doute l’une des plus intenses révé­la­tions de ces dernières éditions du Rhino et, comme nous en rêvions depuis leur inou­bliable concert à Feurs, c’est un immense plai­sir que de pouvoir enfin la repar­ta­ger avec un nouveau public et cette fois sans restric­tion ni contrainte pandémique.